Centre de Ressources

Centre de Ressources

Préserver et partager les terres agricoles
RECOLTE
Recueil d’initiatives foncières

Fillé-sur-Sarthe accompagne l’installation d’un maraicher pour la restauration collective (72)

Développer les productions locales biologiques en favorisant la transmission des exploitations
20190903175558

En Sarthe, la production de légumes est déficitaire par rapport aux besoins de la population. Pour pouvoir fournir la cantine de son village en légumes bios et locaux, la mairie de Fillé-sur-Sarthe se fait accompagner par la CIAP 72 (Coopérative d’Installation en Agriculture Paysanne), le GAB 72 (Groupement d’Agriculteurs Biologiques) et Terre de Liens Pays de la Loire pour installer un maraicher biologique.

Situation

Fillé-sur-Sarthe
(72)

Fillé-sur-Sarthe est une commune de 1500 habitants dont la restauration scolaire prépare 200 repas par jour. Proche du Mans, la commune est plutôt habitée par des catégories socio-professionnelles supérieures, dans un paysage qui reste agricole. Elle compte une Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne (AMAP).

En Sarthe prédomine la polyculture-élevage, avec des bovins laitiers ou allaitant, mais aussi des volailles de chair (poulet de Loué) et des porcs. La tendance est à l’expansion des terres céréalières aux dépens de l’élevage. L’approvisionnement local en légumes pour la restauration collective est compliqué, car il y a eu beaucoup de cessations d’activités maraichères sans reprise, notamment autour du Mans. Les installations en maraichage sont uniquement en agriculture biologique (AB) sur de petites surfaces, avec des débouchés vers les particuliers, peu vers la restauration collective, car les volumes sont peu importants.

Il n’y a pas de structure d’approvisionnement collectif pour les produits bio dans le département, ni de regroupement de producteurs biologiques pouvant se positionner sur ces marchés. Cela pose problème pour les communes ou les entreprises souhaitant se fournir auprès des producteurs biologiques du département.

Mai 2017 : Entretien avec 6 agriculteurs (qui étaient ou non propriétaires) de la commune.

Fin 2017 :

Réunion publique pour exposer les réponses des personnes interrogées ainsi que les 4 parcelles de 2 hectares chacune

Un employé agricole décide de se lancer dans une installation maraichère biologique sur 1,5 ha de terres cultivées par son père.

Diagnostic agronomique de la parcelle par le GAB 72 pour vérifier l’adéquation du terrain vis-à-vis du projet maraicher.

Mai 2019 : Installation du maraicher biologique

Septembre 2019 : Changement d’entreprise de restauration par un marché public. Premières livraisons de légumes du maraîcher à la cantine de Fillé-sur-Sarthe.

En 2016, l’équipe municipale de Fillé-sur-Sarthe veut augmenter la part des aliments biologiques et locaux dans la restauration collective. Elle souhaite également permettre à ses habitants l’accès à des légumes biologiques locaux tout en maintenant l’emploi agricole, la commune présentant une baisse du nombre d’agriculteurs.

Un accompagnement pour développer le maraichage biologique

Pour trouver du foncier disponible et un candidat à l’installation, le maire et l’équipe municipale se tournent vers le Pays Vallée de la Sarthe. La structure les aide à repérer des associations compétentes sur le sujet et à monter un dossier de financement LEADER. La commune lance un appel à projet pour se faire accompagner. Terre de Liens Pays de la Loire, la CIAP 72 et le GAB 72 répondent collectivement à l’appel à projet en associant leurs compétences respectives sur le foncier, l’installation et l’aspect technique du maraichage biologique.

La recherche de foncier et de candidats

Salariés et bénévoles des 3 associations s’impliquent ensemble dans la recherche de foncier puis de candidats, aux côtés de la commune, elle aussi très active, mobilisant sa connaissance du territoire. Un comité de pilotage se réunit en mars 2017 entre Pays, élus et associations, afin de repérer collectivement des paysans à enquêter. L’équipe rencontre 6 agriculteurs pour savoir si certains veulent se diversifier en légumes ou mettre à disposition du foncier pour installer un maraicher. Ces entretiens associent toujours le maire et au moins une personne des structures associatives. Le projet est dès lors bien reçu par les habitants, propriétaires et agriculteurs. Pour la recherche de foncier, un diagnostic est également réalisé à partir de bases cartographiques simples (documents d’urbanisme, cadastre).

Une réunion publique révèle des candidats

Une réunion publique réunissant producteurs, propriétaires et habitants, a permis d’exposer les réponses des personnes interrogées ainsi que les parcelles et terrains identifiés comme pouvant être intéressants pour le projet.

Pendant cette rencontre, un fils d’éleveurs de la commune se présente. Cette réunion constitue le déclic chez ce jeune employé agricole, travaillant dans une exploitation maraichère de la commune. Rapidement, il s’installe en fermage sur des terres déjà louées en fermage par ses parents et les convertit en AB, tout en conservant son emploi dans l’exploitation maraichère voisine.

Une jeune employée de la même exploitation maraichère, elle aussi fille d’agriculteurs, expose également son projet de cultiver des plants biologiques. Elle rachète les terres de son grand-père et s’installe rapidement sur une commune voisine.

Un candidat à l’installation est également présent, sollicité par la mairie et le GAB sur une transmission : il souhaite reprendre une des fermes de la commune dont l’agriculteur part à la retraite. Son projet en élevage bovin biologique, avec atelier de découpe de viande, serait intéressant pour compléter les approvisionnements locaux de la cantine. Malheureusement il n’obtient pas le financement nécessaire et la surface d’une cinquantaine d’hectares n’est pas assez importante pour son projet.

Des élus mobilisent l’aide financière de leur communauté de communes

Deux élus de Fillé, également délégués à la communauté de communes Val de Sarthe, œuvrent pour que la communauté de communes accorde aux candidats une aide financière à l’installation maraichère biologique, au même titre que les aides aux entreprises : « il n’y a pas de raison, l’agriculture est une activité locale, non délocalisable ». Le maraicher et la productrice de plants bénéficient de cette aide, versée sous forme de subvention à l’investissement.

Le maraîcher biologique s’est installé sur un terrain de 1,5 ha. Il vend des légumes à destination de la cantine de Fillé et des paniers pour les particuliers. Il n’y a pas de contrat officiel entre le maraicher et l’entreprise de restauration de la cantine, mais plutôt un contrat moral étant donnée l’implication de la mairie dans son parcours d’installation. La mairie précise dans ses appels d’offres pour les sociétés de restauration ses attentes en termes d’approvisionnement en légumes locaux, biologiques et saisonniers. Si la société de restauration ne respecte pas ses engagements oraux, la mairie a la possibilité de ne pas renouveler le contrat. Le cuisinier commande des légumes au maraîcher en fonction de ses quantités disponibles dans le respect des prix demandés par le maraîcher, sans négociation commerciale. 

La productrice de plants biologiques s’est installée sur 3,5 ha d’une commune voisine et vend ses plants dans tout le secteur.

Un conseil pour d’autres communes serait de trouver le maximum d’appuis, travailler avec tout le monde et bien expliquer la démarche auprès du monde agricole mais aussi des habitants et des restaurants. (…) Le travail de l’équipe municipale a été crucial. Le travail avec les parents d’élèves dans le projet de création du restaurant scolaire aussi, leur implication dans la composition des menus … les parents étaient favorables au projet, on demande régulièrement des retours sur les repas aux enfants. Tout ça contribue à créer un bon environnement. Les gens étaient préparés à l’installation du maraicher.
Loïc Trideau, ancien maire de Fillé
  • Implication de l’équipe municipale
  • Contextes familiaux facilitateurs pour l’installation du maraicher et de la productrice de plants
  • Accompagnement du Pays qui a permis de débloquer des fonds LEADER
  • Accompagnement par 3 associations aux compétences complémentaires : Terre de Liens sur le foncier, CIAP pour l’accompagnement à l’installation et le GAB pour l’accompagnement technique et l’insertion des débouchés en restauration collective.
  • Les deux candidats ont bénéficié d’une subvention d’investissement de la communauté de communes.
  • Marché foncier local assez fermé
  • Le fonctionnement de la cantine et son approvisionnement en produits locaux dépendent beaucoup du cuisinier en place : il est arrivé qu’un des cuisiniers ne soit pas suffisamment impliqué et cela a amené à un changement de société de restauration au marché public suivant

La mairie continue d’augmenter la part de produits biologiques dans la composition des repas pour atteindre 60 % en septembre 2021.

Une des idées serait d’embaucher un cuisinier municipal sans passer par une société de restauration, pour s’assurer de sa motivation pour s’approvisionner localement, s’investir dans la pédagogie auprès des enfants, …

Cette initiative a permis aux 3 associations de construire une démarche d’accompagnement à l’installation agricole biologique, qui se poursuit aujourd’hui sur 4 autres communes du département.

931
Oui
Animation foncière,Diagnostic foncier

Une nouvelle initiative Récolte à nous proposer ?

Devenez contributeur du projet Récolte en proposant une nouvelle initiative foncière ou en partageant des informations utiles pour actualiser une fiche expérience déjà publiée.

Proposez une initiative Recolte

Soutenir
Terre de Liens
c'est préserver notre avenir !

Notre force, c’est vous :
Adhérez à Terre de Liens et participez au changement !

Nous n’héritons pas de la terre de nos parents : nous l’empruntons à nos enfants.

Antoine de Saint-Exupéry

Terre de Liens est un mouvement citoyen, reconnu d'utilité publique, qui œuvre pour préserver les terres agricoles, faciliter l’accès des paysans à la terre et développer une agriculture biologique paysanne.