Centre de Ressources

Centre de Ressources

Préserver et partager les terres agricoles
RECOLTE
Recueil d’initiatives foncières

Les Veilleurs de Terres à la reconquête des friches agricoles en Pays Coeur d’Hérault (34)

Quand des citoyens unissent leurs forces pour repérer, qualifier et remettre en valeur les friches agricoles
avril 2024
veilleurs-de-terressortie-2022

Les Veilleurs de Terres sont un dispositif citoyen permettant à des habitants formés et accompagnés d’assurer en autonomie la veille et l’animation foncière, notamment sur les friches. Ils constituent des groupes référents de territoire, véritables relais des institutions sur le terrain, et permettent ainsi l’accueil de porteurs de projets agricoles.

Situation

Saint-André-de-Sangonis
(34)

Dans le cadre de son Projet Alimentaire 3D « Démocratique-Durable-Décloisonné », le Pays Cœur d’Hérault a réalisé un premier diagnostic de son territoire : l'agriculture, bien qu’activité économique majeure du territoire, subit comme ailleurs une forte tension foncière et des phénomènes de spéculation. Nombre de candidats potentiels à l’installation ne trouvent pas le foncier nécessaire à leur projet. Un premier travail de cartographie permet de repérer 6000 ha de friches, dont près de 3000 ha ayant un potentiel agronomique intéressant, avec possibilité d’irrigation. Partant de ce constat, le Sydel du Pays Cœur d’Hérault, le Conseil de Développement (organisme représentant la société civile au Pays) et l’association Terre de Liens Languedoc-Roussillon ont souhaité associer les habitants du territoire dans une démarche innovante d’action citoyenne sur le foncier agricole. 

Le projet “Veilleurs de Terres” a deux objectifs : autonomiser des citoyens sur la veille et l’animation foncière (décloisonner) et constituer des groupes référents de territoire, formés pour devenir des relais des institutions au plus près du terrain et permettre l’accueil de porteurs de projets agricoles (créer un territoire accueillant).

2021 : étude cartographique réalisée par la collectivité, à partir des données publiques. Repérage de 6000 ha de friches, dont 3000 ha au potentiel intéressant (agronomique, irrigation). 

2022 : lancement du projet “Veilleurs de Terres”. Communication auprès des habitants, réunion publique d’information, constitution d’un premier groupe de citoyens intéressés. Organisation de deux sorties collectives sur les friches. Organisation de deux sessions de formation sur les enjeux du foncier agricole, la caractérisation des friches. Début des actions de terrain en autonomie : visites de friches, rencontres avec les communes…

2023 : poursuite des actions de formation ; création d’une brochure et d’une affiche, événement ouvert au public pour faire connaître la démarche ; rencontre des partenaires du PAT. Poursuite des actions de qualification des friches en autonomie. 

2024 : au total sur deux ans, les citoyens ont parcouru sept communes et repéré 40 ha de friches dont 30 ha exploitables. Dans un premier temps, les partenaires utilisent ces données pour les transformer en actions opérationnelles. D’ici fin 2024, de nouvelles communes à aller visiter seront identifiées pour lancer une troisième session de veille foncière citoyenne sur le territoire. 

Un projet alimentaire territorial décloisonné

Le projet est né d’un dialogue entre le Sydel du Pays Cœur d’Hérault, le Conseil de Développement et l’association Terre de Liens Languedoc-Roussillon. Il croise tous les enjeux qui ont été le socle du projet alimentaire territorial (PAT) - une alimentation durable et de proximité, un foncier agricole à mieux connaître et revaloriser, une biodiversité à préserver - en y ajoutant une plus-value citoyenne et participative. Décloisonner la question du foncier agricole auprès d’habitants permet de démultiplier son impact sur le territoire. La friche agricole est un moyen simple pour se mobiliser, se familiariser avec les problématiques agricoles. Un des leitmotiv du projet est d’ailleurs que, sans compétence spécifique, « tout le monde peut devenir Veilleur de Terres » ! 

Des Veilleurs de Terres relais de terrain

Une fois constitués, et après plusieurs temps de formation, les groupes de Veilleurs de Terres vont directement sur le terrain réaliser des observations sur l’état de parcelles en friches, à partir d’une grille établie par Terre de Liens. Ces observations sont intégrées à une base de données, qui permet d’orienter les éventuels aménagements de ces parcelles : installation d’un porteur de projet agricole, de jardins familiaux, préservation en l’état car réservoir de biodiversité... Les Veilleurs de Terres vérifient la compatibilité des terrains avec l’installation agricole, discutent avec les communes sur la faisabilité d’un projet agricole, recherchent en partenariat avec la Safer Occitanie les propriétaires pour échanger avec eux sur le devenir des parcelles en friche... Si un projet coche toutes les cases, ils sont aussi capables d’orienter les porteurs de projets vers les structures d’accompagnement agricole compétentes. Ainsi, au-delà de la simple observation, les Veilleurs de Terres initient des démarches auprès des communes et des propriétaires concernés sur la présence de ces friches pour faire vivre ces données.

Une co-animation entre la collectivité et Terre de Liens
L’animation technique et le suivi du projet au long cours est assuré par la chargée de mission foncier agricole du Sydel Pays Cœur d’Hérault (co-animatrice du PAT) et un chargé de mission de l’association Terre de Liens Languedoc-Roussillon : ils sont les points d’appui des Veilleurs de Terres, établissent le calendrier, animent les réunions, facilitent les prises de contact, rédigent les comptes rendus et contribuent aux éléments de communication, etc. 

  • 44 Veilleurs de Terre recensés début 2024 (habitant 16 communes du territoire)
  • Sept communes visitées
  • Deux communes intégrées dans un dialogue territorial avancés (Le Pouget, Le Bosc) : mise en lien entre élus, techniciens, propriétaires privés de friches, en partenariat avec la Safer Occitanie
  • 40 ha de friches explorées et qualifiées
  • 30 ha sont identifiés comme exploitables

A ce jour, il n’y a pas encore de projet d’installation sur les friches agricoles. La démarche, encore récente, s’inscrit dans un temps long. Elle a déjà permis d’initier sur certaines communes des échanges avec les élus et habitants sur la relocalisation de la production alimentaire, et des échanges avec des agriculteurs installés (départ en retraite, projet de diversification…). C’est la mise en musique d’un véritable dialogue territorial qui dépasse la question des friches !

  • Les formations qui permettent de conforter les citoyens dans leur rôle, de les rassurer, de les outiller. 
  • L’animation technique tout au long du projet, avec des chargés de mission investis, bien identifiés, positionnés comme  facilitateurs.
  • Des élus partenaires et volontaires sur les communes visitées.
  • Le temps et la stratégie de recrutement de citoyens volontaires. Le lancement du projet a donné lieu à une communication classique (sur les supports de la collectivité) et non ciblée. Au fil du temps, la stratégie de recrutement a été pensée par “cercles concentriques”, permettant de faire grandir le groupe de personnes impliquées petit à petit, par l’interconnaissance ou la cooptation. Le manque de moyens d’animation spécifiquement ciblés sur cette question du recrutement s’est fait sentir au démarrage: une affiche et une info sur le site internet de la collectivité ne suffisent pas à faire venir les habitants !
  • La recherche des bons référents dans les communes qui peuvent participer aux échanges et suivre le projet dans la durée (surcharge de certains élus locaux). 
  • Il y a eu du changement dans les équipes d'animation au cours du projet. Même si chaque chargé de mission a été très investi dans la mission, il a fallu gérer l'intégration des nouvelles personnes. 
  • En 2024, le leitmotiv est de mobiliser l’existant pour entrer dans un dialogue territorial avancé avec les communes déjà visitées. Cela permettra d’aller au bout de la démarche et de mieux définir ce qui est recherché (quels objectifs) et les résultats attendus de cette veille foncière. Fin 2024, de nouvelles communes auront été identifiées pour poursuivre la veille foncière sur le territoire.
  • D’autres collectivités sont intéressées par l’action et réfléchissent à la dupliquer sur leur territoire. Cela demande toutefois d’avoir une dynamique citoyenne locale assez forte.
les-veilleurs-de-terres-a-la-reconquete-des-friches-agricoles-en-pays-coeur-d-herault-34
1629
Oui
Animation foncière,Veille foncière

Une nouvelle initiative Récolte à nous proposer ?

Devenez contributeur du projet Récolte en proposant une nouvelle initiative foncière ou en partageant des informations utiles pour actualiser une fiche expérience déjà publiée.

Proposez une initiative Recolte

Soutenir
Terre de Liens
c'est préserver notre avenir !

Notre force, c’est vous :
Adhérez à Terre de Liens et participez au changement !

Nous n’héritons pas de la terre de nos parents : nous l’empruntons à nos enfants.

Antoine de Saint-Exupéry

Terre de Liens est un mouvement citoyen, reconnu d'utilité publique, qui œuvre pour préserver les terres agricoles, faciliter l’accès des paysans à la terre et développer une agriculture biologique paysanne.