Centre de Ressources

Centre de Ressources

Préserver et partager les terres agricoles
RECOLTE
Recueil d’initiatives foncières

Le PEANP des Jalles (33)

Maintenir l’identité maraîchère de la vallée des Jalles et protéger le site de captage d’eau potable
novembre 2022
peanp9075

Le département de la Gironde (CD33) a créé en 2012, en partenariat avec Bordeaux Métropole, les communes et la Chambre d’agriculture, un périmètre de protection et de valorisation des espaces agricoles et naturels périurbains (PEANP). Ce périmètre de 785 ha s’étend sur la vallée maraîchère des Jalles et sur le site de protection de captage d’eau potable des sources de Thil gamarde. Le PEANP préserve les dernières terres agricoles à proximité de Bordeaux, mais aussi les espaces naturels et la biodiversité qu’elles abritent.

Situation

Blanquefort
(33)

Au nord-ouest de Bordeaux s’étendait autrefois des marais et des vastes espaces de cultures agricoles. Seul vestige de ce passé, la vallée des Jalles (affluent de la Garonne irrigant un plateau agricole) s’étend du nord-ouest sur 6 communes (Eysines, le Taillan-Médoc, le Haillan, Blanquefort, Bruges et Saint Médard en Jalles) puis se jette à l’est dans la Garonne. Les espaces traversés par les Jalles sont variés, entre petits coteaux forestiers, une vallée maraîchère et des zones humides. Ces terres se retrouvent face à la pression urbaine due à la croissance constante de la métropole bordelaise. Certains propriétaires adoptent ainsi une posture spéculative en attendant une potentielle constructibilité. Sans utilisation agricole, ces terrains s’enfrichent et peuvent accueillir des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts. 

2009 : Procédure d’aménagement foncier et agricole

2011 : Les élus des 6 communes demandent au Département la création d’un PEANP

2012 : Création du PEANP

2014 : Recrutement d’un animateur pour le PEANP

2015 : Validation programme d’action sur 10 ans

Une première impulsion de préservation initiée par le secteur agricole

La volonté de sauvegarde de la vallée maraîchère apparaît dès 2008, avec la conduite par le Département de la Gironde d’une procédure d’aménagement foncier, agricole et forestier (AFAF) initiée par la profession agricole. L’objectif de cet AFAF était de réaliser des échanges fonciers afin de regrouper les parcelles autour des sièges d’exploitation et de conduire un réaménagement hydraulique. Cependant, certains propriétaires s’opposent fortement au projet. Possédant des parcelles situées en dehors de la zone rouge du Plan de prévention du risque inondation (PPRI), ils ne souhaitent pas échanger leurs terres par volonté spéculative (la valeur du foncier sur ce secteur proche de Bordeaux y est très forte). 

Changement de dispositif et action conjointe entre Bordeaux Métropole et le Département

Les élus des 6 communes concernées demandent alors au département de la Gironde la création d’un périmètre de protection et de valorisation des espaces agricoles et naturels périurbains (PEANP). Grâce à ce dispositif, le Département peut désormais préempter en révision de prix les terres agricoles et stopper la spéculation foncière sur la vallée maraîchère. 

L’objectif de création du PEANP des Jalles est de limiter la spéculation foncière, conserver le zonage A et N au PLU, dynamiser l’activité agricole, protéger et faire connaître les atouts environnementaux. 

Un comité de pilotage est créé rassemblant l’ensemble des partenaires. Un programme d’action partenarial sur 10 ans est validé par le CD33 en 2015. Des moyens humains et financiers sont mis en place, avec le recrutement par Bordeaux Métropole d’un animateur cofinancé à 50% par le CD 33 et 25% par l’Agence de l’eau. En partenariat avec la SAFER, les terres acquises par les collectivités et la SAFER sont revendues suite à un appel à manifestation d’intérêt avec adoption d’un cahier des charges qui reprend les axes du programme d’actions du PEANP.

Une vallée maraichère à structurer et consolider

Un travail de mise en valeur des parcelles agricoles a été effectué par les collectivités. Bordeaux Métropole a réalisé et financé des aménagements afin de fournir le maximum d’exploitations en eau potable. Un dialogue a aussi été entrepris avec les chasseurs et les propriétaires pour diminuer les dégâts de la faune sauvage à l’intérieur des cultures (sangliers, chevreuils, et petits mammifères). La qualité du sol est aussi un enjeu important du PEANP avec notamment des programmes de recherche appliqués dont le projet PHYTOPOC visant à décontaminer les sols par des techniques de phytoremédiation afin de rendre possible la pratique d’une agriculture biologique sur tout le PEANP.

Depuis la mise en place de ce dispositif, ce sont 785 ha de terres agricoles et naturelles mises en protection par le PEANP. La protection de cette mesure est forte, modifiable uniquement par un décret signé par le Premier Ministre. Elle protège de l’artificialisation et de l'imperméabilisation des sols. La préemption par le département permet de garantir un prix d’accès aux terres agricoles aux exploitants et de redonner un usage agricole à certaines habitations.

Ainsi depuis 2012, 19 ha de foncier ont été stockés et revendus et 2 maisons achetées et dédiées à des finalités agricoles. Les travaux pour l’accès à l’eau potable (1249 m de réseaux) pour les maraîchers ont été réalisés en 2018. La soutenance de la thèse sur la contamination des sols est prévue en octobre 2022. Par ailleurs un suivi des porteurs de projets et du foncier disponible en partenariat avec la SAFER et la Chambre d’agriculture est mis en place. Sur les 107 actions du programme d’actions du PEANP, 11 sont finalisées et 27 biens avancées.

  • Volonté forte des élus des communes
  • Volonté des acteurs du secteur agricole
  • Coopération entre Bordeaux Métropole et le Département
  • Appui de la chambre d’agriculture et de la SAFER
  • Peu d’entente entre agriculteurs et propriétaires non-agricoles
  • Les parcelles en vente sont souvent de petite superficie et dépourvues d’habitation ou de bâtiment, ce qui freine l’installation de nouveaux agriculteurs (création impossible du fait du PPRI rouge et grenat)
  • Blocage des propriétaires. Peu de ventes donc peu de préemptions.
  • Contraintes liées à l’inondabilité (construction d’habitations interdite, serres transparentes à l’eau plus chère, etc.)
  • Contamination (dieldrine/chlordane) de certaines parcelles
  • Prolifération du gibier et des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts car piégeage et chasse fondées sur le bénévolat en zone périurbaine.
  • Agrandissement du PEANP des Jalles envisagé sur plus de 3000 hectares de terres agricoles et naturelles, dont 600 ha de propriétés publiques
  • Procédure terres incultes ou manifestement sous exploitées en cours
  • Poursuite du programme PHYTOPOC (phytoremédiation pour dépollution des sols).
1309
Oui
Acquisition foncière,Animation foncière,Périmètres de protection et de mise en valeur des espaces agricoles et naturels périurbains (PAEN)

Une nouvelle initiative Récolte à nous proposer ?

Devenez contributeur du projet Récolte en proposant une nouvelle initiative foncière ou en partageant des informations utiles pour actualiser une fiche expérience déjà publiée.

Proposez une initiative Recolte

Soutenir
Terre de Liens
c'est préserver notre avenir !

Notre force, c’est vous :
Adhérez à Terre de Liens et participez au changement !

Nous n’héritons pas de la terre de nos parents : nous l’empruntons à nos enfants.

Antoine de Saint-Exupéry

Terre de Liens est un mouvement citoyen, reconnu d'utilité publique, qui œuvre pour préserver les terres agricoles, faciliter l’accès des paysans à la terre et développer une agriculture biologique paysanne.